Catemaco

État : Veracruz
Pays : Mexique
Population : 25 000 hab.
Durée du séjour : 7 j.

Vagabondages-Catemaco

Se chauffer avec 6h de bus entre Campeche et Cuidad del Carmen. Manger dans cette presqu’île industrielle le plus mauvais tacos de l’histoire des Marmottes au Mexique. Poireauter un peu. Enchaîner avec un second bus de 6h30 destination Minatitlán. Se faire contrôler en cours de route et perdre son papier de l’immigration au passage (cette mésaventure n’est arrivée qu’à Éloi mais lui a coûté bien des pesos et des tracasseries administratives afin de le remplacer). Se faire accueillir au milieu de la nuit par les lueurs des torchères brûlant du gaz à Minatitlán, ville Pemex dont l’activité se concentre autour de la raffinerie de Lázaro Cárdenas. Y poireauter beaucoup, sans pouvoir dormir afin de surveiller les sacs. Une fois le jour levé, marcher une quarantaine de minutes direction le terminal dernière classe pour attraper un troisième bus, aux vitres fêlées et amortisseurs inexistants mais bien plus fun que les précédents. Après déjà 20h de trajet, entamer enfin le dernier round du voyage, par des routes tortueuses bordées de ranchs et de prés où paissent des vaches à l’allure débonnaire. Et enfin, enfin !, arriver à Catemaco.

On a voulu y aller, on y reste ! Une semaine, c’est décidé, une fois dégotée notre petite cabane privative dotée d’un lit confortable et d’une salle de bain et quasiment dépourvue de cafards et d’araignées. L’absence de cuisine nous a donné l’occasion de tester avec succès notre réchaud à alcool (bien qu’on ne donne pas cher de son rendement en plein vent). Nous avons coulé des jours paisible dans cette localité campée au bord d’un lac, partagés entre repos et balades tranquilles à s’émerveiller devant les fleurs et les oiseaux qui y sont légion.

Située dans la zone volcanique des Tuxtlas, Catemaco compte dans ses environs quelques merveilles naturelles telles que les chutes d’Eyipantla ou la lagune de Sontecomapan. Cette destination prisée par les Mexicains de la classe moyenne s’impose aussi comme un centre de sorcellerie ; c’est pourquoi nombre de vendeurs proposent sur leur étal des écorces, racines et autres cailloux indéterminés qu’ils bénissent à tour de bras. Une autre spécialité locale est le tegogolo, un escargot que les hommes ramassent en plongeant dans le lac avec un masque et qui se prépare avec force piment et citron vert (à noter que le citron jaune n’existe pas au Mexique mais que le vert se décline dans toutes les tailles envisageables). C’est surtout caoutchouteux, mais ça a aussi des vertus aphrodisiaques, paraîtrait-il !

Vagabondages-Catemaco-4

Vue de la pointe est du village

Vagabondages-Catemaco-3

Écosystème à part entière, cet arbre héberge notamment des plantes parasitaires, des martins-pêcheurs et des garsas.

Vagabondages-Catemaco-9-comp270415

Impressionnantes chutes d’Eyipantla

Vagabondages-Catemaco-10-comp270415

Vue du mirador

Vagabondages-Catemaco-8-comp270415

Bon goût et icônes religieuses ne font pas toujours bon ménage, comme en témoigne notamment une représentation de la cène surlignée de paillettes (en bas à gauche).

Vagabondages-Catemaco-7-comp270415

Catholicisme et sorcellerie ne sont pas antinomiques

Vagabondages-Catemaco-5

Vendeur ambulant au bord du lac

Vagabondages-Catemaco-6

Dégustation de tegogolos

3 commentaires sur “Catemaco

  1. Il n’y a que des photos d’enfer !
    C’est un régal, je suis fan !
    Et les textes toujours aussi incisifs. On reconnait…
    J’adore

    • Merci, j’espère que ma prose continuera à te régaler au cours des prochains mois !

  2. Magnifique … Quelles régalades , à tous niveaux !
    Bises à vous deux … Love and Love .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>