Désert de la Tatacoa

Département : Huila
Pays : Colombie
Population :  proche de zéro
Durée du séjour :  3 j.

Vagabondages-Désert de la Tatacoa-1

C’est un abus de langage que de parler du désert de La Tatacoa, car il s’agit en vérité d’ne forêt tropicale semi-aride, peuplée d’épineux et de cactus. Depuis à peine une génération en fait d’après les dires de notre hôte, qui nous a expliqué que tout était désertique dans son enfance, et que ce sont d’abondantes pluies qui ont permis la pousse des premiers végétaux qui colonisent désormais un peu plus de territoire chaque année. Mais commençons par le commencement. Le désert de La Tatacoa (qui n’en est pas un, donc) recouvre une bonne partie d’un plateau de plusieurs centaines de kilomètres carrés encerclé de basses montagnes. Les rares pluies érodent sable et poussière, les ravinant en canyons miniatures et donnant naissance à des monolithes que seules quelques chèvres peuvent arpenter sans danger. L’air y est très sec, permettant d’admirer un panorama à 360 degrés et sur des kilomètres de distance.

Mais la chaleur y est telle (43°C en moyenne à midi) qu’il n’est possible de s’y promener que du coucher au lever du soleil. Pour supporter les longues heures de la journée, rien de tel que du jus de canne à sucre fraîchement pressé qui, outre sa capacité à rafraîchir le corps de quelques degrés, permet de reconstituer les minéraux qu’il  évacue en transpirant. Le taux d’hygrométrie est tellement faible et la chaleur telle que la transpiration s’évapore instantanément. Résultat : on y boit au moins quatre litres par jour qui passent comme cinquante centilitres en temps normal. Tous les corps, qu’ils soient animés ou inanimés, sont chauffés à cœur.

Quand nous avons débarqué sur les lieux, huit heures sonnaient et le thermomètre dépassait déjà les 30°C. Autant dire que nous étions très impatients de voir les degrés baisser pour enfin pouvoir partir à la découverte des cactus, et ravis d’avoir rencontré deux colombiens (à l’accent gratiné) avec lesquels discuter toute la journée. Mal informés avant notre arrivée, nous osions regretter que la lune soit pleine, nous empêchant d’admirer les étoiles à loisir. Mais les astres nous réservaient un spectacle bien plus impressionnant : une éclipse totale de lune, qui nous a permis d’assister à ses 28 phases en quelques heures, coloration rousse et voie lactée en prime. Je crois que nous ne nous étions jamais autant extasiés en quasiment sept mois de voyage. Je pense également que jamais le tri des photos ne s’est révélé aussi ardu !

Serpentant entre les bouquets de cactus géants, les cactus « coussins de belle-mère » et les acacias, zigzaguant entre les étendues arides et les monticules, nos pas matinaux nous ont notamment menés à une piscine naturelle, fraîcheur bienvenue après trois heures de marche sans ombre.

J’ai évoqué la chaleur écrasante de la journée (en omettant la quasi absence d’ombre à midi, proximité avec l’équateur oblige), j’ai évoqué la nuit et son inattendu spectacle du premier soir, mais mon récit ne serait pas complet sans quelques mots dithyrambiques sur les levers et couchers de soleil. Quand la lumière passe de crue à douce, d’aveuglante à dorée en quelques minutes, nimbant tous les contours d’une aura angélique, ou quand les premiers rayons rougeoient à l’horizon, dévoilant chaque seconde un peu plus d’un paysage serein et quasi infini sous une voûte polychrome.

Comme on ne le dira jamais assez, les éléments se sont appliqués quand ils ont accouché de la Colombie !

Pour une vision à 360°, vous pouvez vous promener dans le cliché ci-dessous !

4 commentaires sur “Désert de la Tatacoa

  1. Wouaou , waoua….. C’est magnifique ! Et la qualité des photos est top top … Les commentaires excellents… Nous voilà rassurés sur votre périple. Continuez à vous régaler , donc, à nous régaler aussi ! Plein de bises d’un automne doux dans le Sud France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>